Dans cette situation exceptionnelle, la décision du ministère de valider les diplômes professionnels sur la base des CCF et/ou du contrôle continu est la plus réaliste.

Les lycées vont rouvrir au mieux à partir du 1er juin. Plus encore qu’en collège et à l’Ecole, le lycée accueille des publics variés pour des missions pédagogiques multiples. Quel sens peut-on alors donner à cette réouverture ?

Pas de réouverture à marche forcée. Priorité à la santé et à la sécurité des élèves et des adultes. Un travail collectif préparatoire et la réunion des instances des établissements sont indispensables. L’organisation doit respecter les droits des personnels et avoir de sens éducatif et pédagogique.

La formation continue des adultes, assurée par les GRETA et les GIP, est une des missions de l’EN, à côté de la formation initiale des élèves. Cette mission, comme toutes les autres, est impactée par la crise sanitaire actuelle. Au sein de ce réseau, les formateurs vivent des situations difficiles.

Alors que le retour à l’École se prépare le ministère a publié une circulaire de réouverture qui ne dessine pas de perspective pédagogique claire pour la période à venir et ne sera que peu utile aux acteurs de terrain.

Le Sgen-CFDT est depuis longtemps favorable à la mise en place d’une évaluation par compétences mais n’est pas satisfait du texte proposé au vote lors du Conseil Supérieur de l’Éducation pour des questions de fond.